Logistique déchets

Cabinet de conseil spécialisé en Logistique  
A22,Expert en Logistique

Mail : eric.mamy@a22.fr

   


Accueil Remonter Contactez nous Emplois, Stages Faq-logistique Site Map Page Liens A22 Expert Distanciers Ouvrages Webmaster Vocabulaire Acronymes Mentions News


 

Accueil
Remonter
Audit Logistique
Diagnostic logistique
Supply Chain
Schéma directeur Logistique
Gestion des stocks
Logistique amont automobile
La Logistique dans l'automobile
Pieces de rechange logistique
Logistique
Grande distribution
Reverse logistique
Livraison en ville
Tableaux de bord
Optimisation logistique
Exemples distancier
Transports
Achats
Prévisions
GMAO
Editeurs Supply chain
Tracabilite
Systemes d'informations logistique
WMS warehouse management system
TMS
WMS  & TMS
Entrepot
Cartographie
LOGIX optimisation
Logistique france
Logistique Europe
Prestataires
Indicateurs logistiques Tableau de bord logistique
Incoterms
Fonctions logistiques métier logisticien
Externalisation logistique
Exemple optimisation logistique
Ecoles logistiques
Logistique verte - Green logistics
Developpement durable & Logistique
Environnement
Bilan carbone logistique
Quotas d'emission CO2
Couts logistiques
Cahier des charges entrepot logistique
Cahier des charges Logistique
Téléchargement
Liste  Conseils logistique
Salons Logistique
Pubs logistiques
Plan du site - Consultant logistique
Best  logistique
Mutualisation
Articles
Touroptimiser SaaS

 

Remonter | Stages | Logistique industrielle | Logistique déchets | E-commerce et logistique

La production de déchets s’accroît à un rythme sans précédent, dans les pays développés comme dans les pays en développement, et leur élimination, dont les municipalités s’acquittaient sans peine auparavant, est devenue un problème environnemental majeur. Les déchets produits par une ville sont directement liés à sa richesse relative. Dans les pays riches, les déchets ont une faible densité et contiennent de grandes quantités d’emballages, de plastique et de papier. Dans les pays moins riches, ils ont une forte densité et sont très humides. Les différents types de déchets exigent des modes de traitement et d’élimination différents.

Les ménages, les petites entreprises et les cliniques produisent de plus en plus de déchets dangereux, qui sont parfois déversés de manière incontrôlée dans le milieu naturel faute d’une surveillance suffisante. La plupart des pouvoirs locaux et des sous-traitants privés n’ont pas les moyens de s’occuper des déchets dispersés.

Les autorités municipales consacrent souvent de 20 à 30 % de leur budget à l’assainissement et à l’élimination des déchets. La plupart de leurs dépenses à ce titre – 70 % environ – sont imputables aux frais de transport, qui sont de plus en plus élevés en raison de l’inefficacité de la collecte des déchets, elle-même due à la mauvaise organisation de leur transport et à l’insuffisance de l’entretien des véhicules utilisés.

Dans de nombreux pays, l’élimination des déchets laisse encore beaucoup à désirer. La mise en décharge est incontrôlée et les déchets dangereux sont mélangés avec les déchets non dangereux, ce qui représente un danger important, non seulement pour les personnes appelées à s’occuper des déchets dans le cadre de leur travail, mais aussi pour celles qui vivent à proximité d’installations de traitement des déchets ou tirent leurs revenus de ces derniers. Actuellement, de nombreuses municipalités connaissent de grosses difficultés environnementales et sanitaires faute d’avoir géré convenablement les déchets solides.

Fin 2006, les Pays membres de la CEE devront atteindre des objectifs environnementaux précis, fixés par la directive :
4 kg/an/habitant de DEEE devront être collectés. Environ 13kg/habitant d’équipement en appareils électriques et électroniques sont mis sur le marché chaque année. Environ 2 à 3 kg/habitant  sont collectés dans les circuits de collecte et de valorisation existants.
70 à 80 % des produits collectés devront être recyclés et valorisés selon des objectifs spécifiques déterminés par type de produits concernés (ces taux sont exprimés en % du poids moyen par appareil). Le recyclage et la réutilisation doivent être privilégiés.
La dépollution des substances réglementées fait l’objet d’exigences précises. Ex : Ecrans tube cathodique,   gaz provenant des appareils de froid, ...


LES DEEE: c'est parti

Avec beaucoup de retard, le décret français transposant les directives européennes est enfin appliqué depuis le 15 novembre 2006.
Enfin, après bien des atermoiements, le décret d'application des directives 2002/92/CE et 2002/96/CE relatives à la limitation des substances dangereuses et à l'élimination des DEEE (déchets d'équipements électriques et électroniques) entre en application . Les filières doivent maintenant entrer réellement en action. Une telle initiative devenait urgente quand on sait que la France produit chaque année 1,7 millions de tonnes de DEEE. L'objectif de collecte est dans un premier temps de 4kg/an/habitant.

La mise en place d'un Processus d'élimination des DEE est avant tout un processus logistique. Si les différents organismes en charge de cette problématique ne mettent pas en place un système centralisé de pilotage actif des collectes, le coût sera prohibitif et les coût de transport /coût de  traitement seront trop importants...


Un extrait de ce qui est publié par l'ADEME sur ce sujet de la logistique des déchets

La logistique reste encore le parent pauvre de l’élimination des déchets ménagers.
C’est en fait la thèse du rapport « Gestion des déchets ménagers et assimilés : transport et logistique » . Christophe Ripert, ingénieur à la direction de l’air et des transports de l’ADEME et coauteur de l'étude, résume : « la logistique, autrement dit l’organisation optimisée des flux de déchets, a été mise en place de façon empirique dans les collectivités. Or le transport de ces déchets, essentiellement par voie routière, génère des coûts importants et un impact négatif sur l'environnement avec la circulation des véhicules. »


Les coûts logistiques représentent en moyenne la moitié du coût de traitement des 30 millions de tonnes annuelles de déchets ménagers et assimilés (données 1998). Jean-Louis Bergey, Chef de département à la Direction des déchets municipaux, distingue deux volets : la collecte et le transport. « La collecte n’est pas toujours optimisée au plan logistique mais des économies immédiates sont possibles : beaucoup de matériels non polluants sont par exemple sous-employés. On peut aussi s’intéresser aux bennes fonctionnant aux énergies alternatives comme le gaz ou l’électricité. Le moment idéal pour réfléchir au problème est la mise en place de la collecte sélective puisque les circuits de collecte sont remis à plat. » ajoute Jean-Louis Bergey.

Décider la logistique en amont

« la révision des plans d’élimination des déchets ménagers est l’occasion d’une meilleure intégration des paramètres logistiques au sein des organisations existantes », estime Christophe Ripert. Pour trouver des solutions, l’ADEME propose une méthode multicritères et un ensemble de recommandations.
Sur le plan transport, l’optimisation consiste à diminuer les déplacements de déchets et à adopter des techniques alternatives à la route, comme les solutions multimodales rail-route. Dans les Hautes-Alpes, on recherche ainsi l’emplacement optimal pour une usine de traitement par rapport aux différents gisements de déchets locaux. L’ADEME, partenaire technique et financier pour les études de faisabilité, a aussi contribué à l’adoption de transport des déchets par rail dans l’Ain. Et dans l’Oise, on étudie des acheminements par voie d’eau.
Une bonne logistique peut enfin passer par la création de stations massifiant les flux. « La création d’une station de transfert devient pertinente entre 10 et 15 kilomètres de transports de déchets pour une ville générant plus de 50 000 tonnes annuelles », affirme Christophe Ripert. Ces différents moyens proposés doivent être associés. Mais s’il n’existe pas de méthodologie « standard », chaque cas a sa solution. Et
il est impératif que les enjeux logistiques soient pris en compte le plus en amont possible


Audit Logistique Diagnostic logistique Supply Chain Schéma directeur Logistique Gestion des stocks Logistique amont automobile La Logistique dans l'automobile Pieces de rechange logistique Logistique Grande distribution Reverse logistique Livraison en ville Tableaux de bord Optimisation logistique Exemples distancier TransportsAchats Prévisions GMAO Editeurs Supply chain Tracabilite Systèmes d'informations logistique WMS warehouse management system TMSWMS & TMS Entrepot Cartographie LOGIX optimisation Logistique france Logistique Europe Prestataires Indicateurs logistiques Tableau de bord logistique Incoterms Fonctions logistiques métier logisticien Externalisation logistique Exemple optimisation logistique Ecoles logistiques Logistique verte - Green logistics Developpement durable & Logistique Environnement Bilan carbone logistique Quotas d'émission CO2 Couts logistiquesCahier des charges entrepot logistique Cahier des charges Logistique TéléchargementListe Conseils logistique Salons Logistique Pubs logistiques Plan du site - Consultant logistique Best logistique Mutualisation Articles Touroptimiser SaaS  

Dernières modifications  le 10 mars 2014 -  Copyright EMY Mai 2006 -2014
Logistique - Supply chain -Conseil en Logistique - Consultant Logistique - Conseil Supply Chain -
Contact : A22 Expert en Logistique
Tel: 09.67.02.96.20  ou 06.07.97.23.63
Liens vers certains de nos
autres Sites: www.a22.fr www.arpaconseil.com www.maroc-logistique.com www.edilogin.com www.quotas-carbone.com www.web-logistique.com
ww.solveur.com ...